.......................................................................................................................................
Le 75 • Finissage 26/06/2016

.......................................................................................................................................
Le 75 • Expo du Jury 2015/2016


.......................................................................................................................................
Boutographies 2016
.......................................................................................................................................

Pour la première fois en seize ans, un photographe remporte pour la deuxième fois le prix du Jury des rencontres de Boutographies a Montpellier. Le plus haut prix des Boutographies est attribué cette année au photographe, diplômé du 75, Pierre Liebaert pour son excellent travail Libre maintenant.

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, sous la direction de son rédacteur en Chef Yann Garret, le magazine Réponses photo a décidé d'attribuer au photographe tunisien Kamel Moussa, son nouveau coup de coeur. Le travail photographique Equilibre Instable raconte l'histoire récente d'une Tunisie en pleine espérence de libertés nouvelles.

Kamel Moussa est aussi issu du 75 (en dernière année Photo).

Site de l'évènement

Pierre Liebart :

C’est à un étrange huis clos que Pierre Liebaert nous convie.
 Les modèles qui, répondant à l’annonce qu’il a diffusée, ont souhaité venir poser dans l’intimité d’une chambre close, semblent n’avoir rien tant désiré que cet instant du face à face avec un photographe qu’ils ne connaissaient pas.
 Nul autre désir que celui d’être devant lui, d’être contemplés, de se livrer à l’appareil en transgressant une norme à quoi leur vie publique ou leur situation familiale paraît les contraindre.
En posant nus et masqués, en révélant des corps imparfaits aux antipodes de la photographie érotique, ces hommes n’ont eu d’autre dessein que de s’abandonner au regard de l’autre, de s’y soumettre. La photographie qui procédera de la rencontre n’est dès lors plus pour eux qu’un document qui en atteste, une «photographie comme preuve», celle de leur liberté momentanée.

Kamel Moussa :

« Que serais-je devenu si j’étais resté ici ? ». Le photographe revient dans sa région d’origine, le sud-est tunisien, pour tenter de comprendre la jeunesse d’aujourd’hui, celui qu’il était quelques années en arrière. Il rencontre des jeunes rêvant de liberté ou simplement d’un travail, des jeunes Tunisiens qui risquent parfois leur vie pour traverser la Méditerranée. A travers ce reportage photographique, il interroge le familier avec une volonté de regard neuf, pour saisir dans ce familier qui l’entoure des instants qui lui ont échappé.

.......................................................................................................................................
Reconstruire
.......................................................................................................................................